AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Top Mission Impossible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elijah
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Messages : 22213
Date d'inscription : 05/06/2010
Localisation : Mystic Fall

MessageSujet: Top Mission Impossible    Lun 23 Mar - 15:53

En attendant le 5 Basketball



Dernière édition par Elijah le Dim 27 Sep - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
theocine777
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 09/02/2015
Localisation : Portmeirion

MessageSujet: Re: Top Mission Impossible    Mar 24 Mar - 23:19

4-Mission Impossible 2  2 étoiles

3-Mission Impossible 1  3 étoiles

2-Mission Impossible 4  4 étoiles

1-Mission Impossible 3  4 étoiles
Revenir en haut Aller en bas
jack-shepard
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Messages : 3697
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Top Mission Impossible    Lun 25 Mai - 1:38

Ma rétrospective sur Mission Impossible (en attendant le 5)

Mission Impossible (1996)

Trois an après le succès de l'adaptation du Fugitif avec Harrison Ford, Mission Impossible a aussi droit à son adaptation, nous sommes dans une période où cela ne court pas encore les rues, mais où Tom Cruise est au top de sa carrière. Dirigé par Brian De Palma (qui est toujours à ce jour son plus gros succès au box-office), ce premier film peut diviser mais peut toujours compter sur mon affection.



Bien plus qu'un film d'espionnage qu'un film d'action, Mission Impossible capte toujours mon attention dans toute sa première partie. Il y a un côté thriller bien tenu durant toute la séquence à Prague, renforcé par la mise en scène où les rues ressortent assez glauques, le sentiment que le danger rôde à chaque coin de rue. Cette première partie m'a particulièrement marqué plus jeune quand on voit toute l'équipe se faire dézinguer un à un. La principale critique qui ressort c'est que cela permet de placer Tom Cruise tout seul au centre du film. Oui mais l'effet est bénéfique, l'esprit d'équipe est coupé sec et place donc Ethan Hunt en position vulnérable, sans grands moyens.

L'un des meilleurs moments de la saga : l'évasion de Hunt au restaurant de Prague avec toute l'eau de l'aquarium qui se déverse. C'est à la fois court, badass et stylisé, avec une composition épique de Danny Elfman. Profitons-en un peu pour parler de la musique. Bien que ce ne soit pas une création de la saga cinématographique, le thème de Mission Impossible fait indéniablement partie du cercle fermé des morceaux reconnaissables dès les premières minutes et que tout le monde peut fredonner quand la situation s'y prête (tout le monde l'a fait au moins une fois dans une situation qu'on jugeait "impossible"). Danny Elfman s'en sort bien, donnant une musique rythmique pour un film qui n'en manque pas. Cela accompagne tellement bien les séquences qu'elle est marquante pour son absence lors d'une scène-clé (j'y reviendrais plus bas).



On peut toujours chipoter sur les petits détails qui alimentent l'intrigue - Ethan Hunt qui trouve une réponse dans la bible placé juste en face de lui, le retour d'Emmanuelle Béart qui créé une sorte de faux suspense durant tout le long quand à son double-jeu (je reviendrais sur Béart). Et bien sûr, ce sur quoi les fans ont le plus gueulés - la trahison de Jim Phelps. Il est difficile de vraiment savoir si le choix était justifié, garder Phelps aurait été respectueux mais vu le volonté du film de s'éloigner de la série, ne pas couper le cordon aurait été à contre-courant. Résultat le film fait le choix de le garder, tout en le transformant. Est-ce vraiment le Phelps de la série ? Aurait-on pu faire du film une sorte de passage de flambeau entre Phelps et Hunt plutôt ?

Autre critique, et pas des moindres puisque c'est la plus unanime, le climax du film dans le TGV. Parfaitement légitime comme reproche dans la mesure où pendant 1h45, De Palma nous sert un film où le suspense prime et nous sort en final un truc à toute vitesse, improbable à renfort d'effets spéciaux douteux. Pas une franche réussite comme climax, difficile de reconnaître derrière ça le mec qui a pondu la scène culte de la gare dans The untouchables. Sans lui pardonner, cela ne tue pas le film car inconsciemment De Palma livrera surtout sur un plateau en or massif ce qui deviendra la signature de la franchise.



L'infiltration à Langley. Un des sommets du film, on fait le choix d'enlever toute musique et ça marche. Le suspense fonctionne brillamment dans cette scène "de haut vol". Tellement marquante car chaque nouveau réalisateur de la saga voudra aller plus loin et c'est comme ça que cela deviendra sa marque de fabrique. L'escalade des scènes de haut vol commence donc ici, le montage est parfait, chaque cadrage devient différent à mesure que la scène progresse, le silence est d'or, seul la respiration de Hunt est discernable. C'est le centre de gravité du film et de la saga.

C'est ce qui rend ce Mission Impossible un vrai film d'espionnage à défaut de vouloir faire de l'action. Mais ce ne sera plus tout le temps comme ça à l'avenir... et tant mieux. A l'instar d'Alien, la saga Mission Impossible est fascinante pour ce que chaque réalisateur aura apporté (en bien ou en mal). Mine de rien, la saga commence à prendre de l'âge, 19 ans séparent le 1 et le 5, pour ça qu'il me semble intéressant d'y revenir, voir comment cela a évolué, ses qualités et ses défauts, jusqu'où on va aller.

A suivre : Mission Impossible II par John "fucking" Woo.
Revenir en haut Aller en bas
jack-shepard
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Messages : 3697
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Top Mission Impossible    Lun 25 Mai - 7:29

Mission Impossible II (2000)

L'un des hits de l'année 2000, John Woo sort de Face / Off tandis que Tom Cruise vient d'enchaîner Eyes wide shut et Magnolia, évidemment c'est pas pareil. Mission Impossible II, navet ? Plaisir coupable ? Film incompris ?



Dès la première séquence, on fait péter un avion, le ton est donné. Plus tard, il est assez marrant de voir comment ce sera réutilisé dans le film ; Ethan dit à son ennemi qu'il avait juste hâte de faire péter l'avion. Et si cette réplique pouvait être balancé à John Woo lui-même ? Mission Impossible II est un film d'action, pourtant il n'en propose pas durant une bonne partie de son intrigue (gné ?). Le scénario lui est très basique, mais à prendre au second degré (une bactérie pour tuer le monde, what else ?). On sait où ça va aller, on connaît les ficelles, c'est un terrain plus que familier. Et pourtant je ne peux m'empêcher de m'éclater suffisamment devant ce truc.

C'est un film con avec plein de trucs con, limite une parodie si on veut. C'est même quasiment une caricature de la figure de Tom Cruise, présenté plus que jamais en mec increvable. A ce titre, c'est juste dingue comme son équipe est transparente, inexistante, ridicule face à lui, sont là en tant que comic relief mais qui ne marche pas tout le temps. Mission Impossible II est totalement différent de son prédécesseur mais Woo aura garder une tradition.



Techniquement on peut dire qu'il y a "deux" scènes de haut vol dans Mission Impossible II, mais la seconde (dans le laboratoire) est tellement anecdotique qu'elle ne mérite pas tant que ça qu'on s'y attarde. La vraie c'est évidemment l'escalade au tout début du film, non content de montrer Hunt plus fort et beau que jamais durant tout le film, son introduction est une véritable ôde au personnage "Regardez comme il est doué, il a pas peur du vide le garçon". Et techniquement oui c'est une scène impressionnante mais parfaitement inutile, elle est badass et c'est là sa seule finalité.

Alors à l'éternelle question "Eh mais c'est vraiment Tom Cruise qui grimpe ?" Oui et non. Les câbles ont été effacés numériquement, mais ce n'est pas Tom Cruise dans tous les plans. Quand bien même, c'est certainement cette scène qui a assis la légende de ses propres cascades ou non.



C'est avec l'aide d'explosions, de ralentis et de pigeons que Woo se lâche et livre ce qui faisait défaut au premier Mission Impossible : un climax pur jus. Alors c'est du what the f*ck à chaque virage hein ; Ethan qui tire en visant avec le rétro, Ethan qui descend de la moto en pleine vitesse, Ethan qui traverse les flammes sans froisser sa veste. C'est du nawak toutes les 10 secondes, mais Woo se fout de la crédibilité. Il faut ça bouge, que ça tire et que ça explose, Woo se parodie lui-même et honnêtement il faut aimer pour ce que c'est. Le souci c'est ce qui vient après ; ce p*tain de combat entre Hunt et Ambrose qui dépassent toutes les limites physiques du corps humain. C'est trop, too much, exagéré, il faut savoir dire stop à un moment donné et que ça s'arrête, ça repart.

Je reviendrais plus tard sur Sean Ambrose joué par Dougray Scott (et globalement sur les méchants de la saga) mais vite fait, c'est le pire méchant de la saga. Je reviendrais également sur toute l'intrigue avec Nyah qui occupe une grande partie du film, et qui de facto la plombe.



Pour résumer, Mission Impossible II est clairement ce qui a fait de Tom Cruise une Action star, foisonnant de clichés et d'énormités. C'est marrant mais c'est typiquement le film qui fait tâche dans une saga. L'avantage c'est qu'on ne peut nullement reprocher à Woo d'avoir voulu copier De Palma, Woo a fait son film et participe à cette notion d'identité entre chaque film. On pourrait limite croire que les deux films font partie d'un univers différent.

Egalement, là où le premier a choisi une fin ouverte et référencée (il y aura toujours des missions pour Ethan Hunt), la fin du deuxième est construit comme un happily ever after. Hunt finit avec Nyah, certainement un clin d'oeil aux James Bond où le monsieur finit avec une femme à chaque fin de film, mais on a un peu sentiment qu'il n'y aura rien derrière.

A suivre, Mission Impossible III par JJ "Alias" Abrams.
Revenir en haut Aller en bas
jack-shepard
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Messages : 3697
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Top Mission Impossible    Mar 26 Mai - 7:09

Mission Impossible III (2006)

Initialement prévu pour être diriger par David Fincher, c'est en regardant un épisode d'Alias que Tom Cruise choisit son propre réalisateur, un petit à lunettes du nom de JJ Abrams.



Et autant dire que ce troisième volet poursuit cette notion d'identité au sein de la saga. Abrams aime le mystère et pour ça qu'on nous expliquera jamais ce qu'est vraiment la "patte de lapin". Parmi les reproches faits autour du film, ce côté épisodique avec des rebondissements à intervalles réguliers. On reproche au film d'être plus un épisode de série télé sur grand écran. Sauf qu'étant une adaptation de série télé, est-ce vraiment légitime comme reproche ? Premier film oblige, c'est certainement le film le moins aboutit d'Abrams en terme de réalisation. Mais si le premier et le deuxième film avait eu un enfant, ce volet en aurait été le résultat.

Action + espionnage, c'est la recette du film. Abrams décide de faire une liaison des deux tout en travaillant un thème qui lui est cher qui avait été le leitmotiv du pilote d'Alias : la vie privée de l'agent. Certes la mécanique devient assez prévisible une fois que la vie privée et la vie professionnelle se confrontent, mais ce n'est pas pour autant que le suspense est évacué. En soi, la première scène flash-forward est un bel outil, elle n'est pas là pour nous griller mais pour apporter un vrai crescendo scénaristique ; comment va t-on en arriver là ?



Une fois n'est pas coutume, hormis la présence de Luther (Ving Rhames), on semble avoir encore totalement oublié ce qui s'est passé dans le précédent film : nouvelle love-story, nouveau boss, et surtout nouvel équipe. Là où le deux avait une équipe totalement tertiaire, l'esprit d'équipe est plus flamboyant dans le trois. Tom Cruise n'est plus le seul mis au travers de l'action, on ne leur donne pas non plus une grande épaisseur, en particulier Jonathan Rhys-Meyer et Maggie Q mais leur présence se fait sentir.

Une collectivité largement mis à profit lors de l'excellente scène d'infiltration au Vatican. Aidé par la composition magistrale de Michael Giacchino qui accompagne à merveille la tension, l'action, le drame et l'émotion du long-métrage, cette séquence file comme le vent. L'on pourra dire que c'est l'une des scènes-clé auquel il aurait été judicieux d'y inclure la scène de haut vol. Sauf qu'Abrams décide de l'amener bien plus tard à un moment du film où l'on ne se situe plus dans le divertissement mais dans l'échéance. La séquence est beaucoup plus courte que "d'habitude" mais elle apporte son lot de spectaculaire et de choses improbables (sinon on n'appelerait pas ça Mission Impossible).



Contrairement aux autres, on sent malheureusement la présence de CGI derrière tout ça. Mais l'enjeu quand à lui est beaucoup plus énorme. Celle du 2 était gratuite, celle-ci peut être vu comme le coup de la dernière chance - Ethan doit le faire s'il veut avoir une chance de sauver sa femme. S'en suit une bien bonne course-poursuite dans Shanghaï, un passage devenu quasiment obligé pour tous films d'action.

Tout ce segmet en guise de climax à Shanghai souffre peut-être de quelques longueurs (et en soi ne sera jamais aussi fort que la scène au Vatican ni aussi puissante que l'attaque sur le pont) mais le film l'oublie jamais de mettre la quête d'Ethan au premier plan. Le point de vue était similaire à la fin du 2 où la vie de Nyah était au bord d'une falaise, mais dans la mesure où le personnage de Julia est bien plus développé et nous est plus intime, l'implication du spectateur n'en est que plus grande.

Autre grande réussite du film mais je resterais court là-dessus : Philip Seymour Hoffman défonce tout sur son passage et s'accapare jusqu'à présent le titre de meilleur méchant de la franchise.



Intronisation d'Abrams à Hollywood mais n'ayant pas rencontré le succès escompté en salles, Mission Impossible III est encore mon volet préféré pour ce qu'il a apporté en fraîcheur et pour son respect solennel des codes de films d'action d'action et d'espionnage. Ce volet ne fait pas l'unanimité mais il aura au moins eu le mérite de mettre la franchise sur de nouveaux rails. Et qui sait jusqu'où elle va aller maintenant.

A suivre, Mission Impossible IV par Brad "Incredibles" Bird
Revenir en haut Aller en bas
Elijah
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Messages : 22213
Date d'inscription : 05/06/2010
Localisation : Mystic Fall

MessageSujet: Re: Top Mission Impossible    Dim 27 Sep - 21:42

Les ayant tous revus je peux faire mon top siffle

4,5 étoiles
Mission Impossible
4 étoiles
Mission Impossible IV : Ghost Protocol
Mission Impossible V : Rogue Nation
Mission Impossible III
2,5 étoiles
Mission Impossible II
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Top Mission Impossible    

Revenir en haut Aller en bas
 
Top Mission Impossible
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission Impossible: Ghost Protocol
» [Paramount] Mission Impossible - Protocole Fantôme (2011)
» [Blu-Ray] Mission: Impossible - Protocole Fantôme (Import CAN)
» mission impossible 2
» Mission: Impossible Ghost Protocol (2011, Brad Bird)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les performances du cinéma :: Top films-
Sauter vers: