AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-85%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
22.95 € 149.99 €
Voir le deal

 

 Les grandes dates du box-office

Aller en bas 
AuteurMessage
jack-shepard
Utilisateur
Utilisateur
jack-shepard

Messages : 3723
Date d'inscription : 28/06/2010

Les grandes dates du box-office Empty
MessageSujet: Les grandes dates du box-office   Les grandes dates du box-office Icon_minitimeMar 28 Aoû - 0:48

Petite rétrospective ou comment se rendre compte du changement du box-office Wink

Premier chapitre : les week-end d'ouverture aux Etats-Unis

Mai 1984
Indiana Jones et le temple maudit devient le premier film à dépasser les 25 millions $ en un week-end aux USA.

Juin 1989
Batman s'octroie le record du premier week-end US avec 40 millions $, une semaine seulement après que Ghostbusters 2 ait remporté ce même record avec 29 millions $, ce qui en fait le film ayant gardé ce record pendant le moins longtemps.

Juin 1995
Batman Forever est le premier film à dépasser les 50 millions $ en premier week-end US. Après que Batman soit resté le recordman pendant 6 ans, la plus longue période pour ce type de record jusqu'à présent.

Mai 2002
Spider-Man ouvre son premier week-end US à 114.8 millions $, la barre symbolique des 100 millions pour la première fois dépassés en week-end d'ouverture.

Juillet 2006
Pirates des Caraïbes 2 déloge le record du premier week-end US de Spider-Man après 4 ans.

Mai 2007
L'homme-araignée prend sa revanche sur les pirates et devient le premier film à dépasser les 150 millions $ US en week-end d'ouverture.

Mai 2012
Très exactement 10 ans après le tout premier Spider-Man, la barre symbolique des 200 millions $ US sont dépassés par Avengers à son premier week-end.


Résumé
25 millions $ : 1984
50 millions $ : 1995 (11 ans plus tard)
100 millions $ : 2002 (7 ans plus tard)
150 millions $ : 2007 (5 ans plus tard)
200 millions $ : 2012 (5 ans plus tard)

C'est surtout la passe des records entre Spider-Man et Avengers qui est impressionnante, 4 nouveaux records en 10 ans (Pirates des caraïbes 2, Spider-Man 3, The dark knight et Harry Potter 8. Entre Batman forever et Spider-Man, on en dénombre 2 (Le monde perdu et Harry Potter 1).


Quel avenir ? Un premier week-end US à 300 millions $ en 2020 minimum !
Revenir en haut Aller en bas
jack-shepard
Utilisateur
Utilisateur
jack-shepard

Messages : 3723
Date d'inscription : 28/06/2010

Les grandes dates du box-office Empty
MessageSujet: Re: Les grandes dates du box-office   Les grandes dates du box-office Icon_minitimeMar 28 Aoû - 11:52

Deuxième chapitre : les fins de carrières aux Etats-Unis

Juin 1975
Jaws débarque, le blockbuster est né, le film est le premier de l'histoire à dépasser la barre des 200 millions $ de recette, et l'un des rares vieux films d'aujourd'hui à ne pas avoir eu de ressortie. Ses 260 millions $ sont toujours ceux de 1975.

Mai 1977
Star Wars devient le premier film de l'histoire à dépasser le cap des 300 millions $ de recette, les diverses ressorties du film vont même l'emmener jusqu'à 460 millions $ (et une autre est prévue, en 3D).

1978
Superman est le premier super-héros à dominer le box-office américain.

De 1980 à 1983
Spielberg et Lucas dominent largement le box-office américain pendant 4 années (L'empire contre-attaque, Les aventuriers de l'arche perdue, E.T., Le retour du jedi - bien que Lucas n'ait pas réalisé les deux derniers épisodes de Star Wars). E.T. devient au passage le plus gros succès de l'histoire, dépassant même le premier Star Wars.

Décembre 1984
Le flic de Beverly Hills est le plus gros succès pour un film classé "R" aux Etats-Unis et restera numéro 1 à cette place avec ses 234 millions $ de recette pendant... 19 ans jusqu'à l'arrivée de Matrix Reloaded.

1989
11 ans après Superman, Batman est le second super-héros à prendre la tête du box-office américain.

Novembre 1990
Maman j'ai raté l'avion sort sur les écrans et devient le plus gros succès pour une comédie, record toujours en cours puisque qu'aucune autre comédie n'a pu dépasser ses 285 millions $ de recette jusqu'à ce jour.

1992
Aladdin est le premier dessin animé à être en tête du box-office américain depuis longtemps avec 217 millions $ de recette.

Juin 1993
Spielberg manque de peu de battre son propre record avec Jurassic Park qui finit à seulement 2 millions $ de E.T. (hors ressortie de 1985), Spielberg n'est pas passé loin d'avoir été trois fois recordman des recettes US.

1997
Alors que Star Wars dépasse Jurassic Park et E.T. avec sa première ressortie, la barre des 400 millions $ est dépassé - à noter qu'avec sa première ressortie, E.T. s'en était vraiment arrêté aux portes. Mais le Titanic débarque quelques mois plus tard, 600 millions $ de recette, record absolu pendant... 12 ans.

1999
La menace fantôme devient techniquement le plus gros succès de Star Wars si l'on ne compte pas la ressortie du tout premier.

Mai 2002
Un nouveau super-héros prend la tête du box-office américain, Spider-Man, cela n'était pas arrivé depuis 13 ans depuis le premier Batman en 1989.

Février 2004
La passion du christ devient le plus gros succès "R" de tous les temps avec 370 millions $ de recette, record toujours en cours.

Mai 2004
Sans ressortie aucune, Shrek 2 est techniquement le deuxième plus gros succès de l'histoire derrière Titanic mais devant La menace fantôme. Un film d'animation domine ainsi le box-office américain, pour la première fois en 9 ans depuis Toy story.

Juillet 2008
The dark knight devient le deuxième film à dépasser la barre des 500 millions $ aux Etats-Unis, 19 ans après le premier film, Batman grimpe au sommet du box-office américain.

Décembre 2009
Avatar est un raz-de-marée, les 700 millions $ sont dépassés presque sans se fouler, Cameron bat son propre record. A partir de là, c'est le monopole de la 3D, les 3 années suivantes seront domines par des films en 3D (Toy story 3, Harry Potter 8, Avengers).

Mai 2012
Avengers dépasse le cap des 600 millions $ de recette, hors ressortie de Titanic, il est le second plus gros succès US.


Résumé
200 millions $ : 1975
300 millions $ : 1977 (2 ans plus tard)
400 millions - 600 millions $ : 1997 (20 ans plus tard)
700 millions $ : 2009 (12 ans plus tard)

Le paysage du box-office américain est évidemment difficile à concevoir avec les nombreuses ressorties, rien que dans le top 10, on dénombre 6 films ayant eu des ressorties (Avatar, Titanic, La menace fantôme, Star Wars, E.T., Le roi lion). J'aimerais ainsi vous poser une question : les recettes récoltées lors des ressorties, doit-on les ajouter à la sortie originale ou les mettre à part dans un classement ?

Autre fait notable, entre 1978 et 2002, les super-héros auront été à la tête du box-office américain par 3 fois en 24 ans, mais après 2002 et jusqu'à aujourd'hui, ils l'auront été 3 fois également... mais en 10 ans.

Pour Star Wars, sur ses six épisodes, cinq auront au final dominés le box-office américain l'année de leur sortie (seul L'attaque des clones a failli).

Steven Spielberg aura eu cinq films à la tête du box-office américain l'année de leur sortie.

Quel avenir ? Des films en 3D constamment en tête chaque année.
Revenir en haut Aller en bas
jack-shepard
Utilisateur
Utilisateur
jack-shepard

Messages : 3723
Date d'inscription : 28/06/2010

Les grandes dates du box-office Empty
MessageSujet: Re: Les grandes dates du box-office   Les grandes dates du box-office Icon_minitimeMar 28 Aoû - 13:44

Troisième chapitre : Les recettes mondiales

Le schéma au début ressemble beaucoup aux recettes des Etats-Unis avec évidemment la domination de Spielberg et Lucas dans les années 1980.

1993
Jurassic Park est le premier film à dépasser les 900 millions $ de recette.

1994
Le roi lion devient le plus gros succès pour un dessin animé avec 783 millions $ de recette, il le restera pendant 9 ans avant que Le monde de Nemo ne fasse dans les 860 millions $ de recette.

1995
L'une des années les moins lucratives car aucun film ne dépasse les 400 millions $ de recette.

1996
Independence day est le deuxième film de l'histoire à dépasser les 800 millions $ de recette.

1997
Titanic fracasse tout, premier film de l'histoire à franchir la barre mythique du milliard, il s'installe confortablement dans les 1.8 milliard $ de recette, ce qui lui assure la place de numéro 1 pendant 12 ans.

1999
Proche du milliard (983 millions $ précisément), La menace fantôme devient le deuxième plus gros succès de l'histoire.

2001
Harry Potter 1 est le quatrième film à dépasser les 900 millions $ de recette. Le seigneur des anneaux est juste en-dessous

2002
Le schéma s'inverse entre Harry Potter et Le seigneur des anneaux pour leur second volet. Les deux tours finit au-dessus des 900 millions $ et La chambre des secrets en-dessous.

2003
Le retour du roi devient le second film à franchir le milliard, il s'installe confortablement à 1.119 milliard $, mais reste loin de Titanic.

2004
Shrek 2 est le premier film d'animation de l'histoire à dépasser les 900 millions $ de recette.

2005
Pour la première fois depuis 5 ans, aucun film ne dépasse les 900 millions $ de recette.

2006
Pirates des Caraïbes 2 s'installe au podium en dépassant à son tour le milliard $, à partir de là, ce cap jugé mythique va être dépassé presque régulièrement.

2007
Pour la première fois dans l'histoire, deux films sont au-dessus des 900 millions $ de recette (Pirates des Caraïbes 3 et Harry Potter 5)

2008
The dark knight est le premier film de super-héros à dépasser le milliard, et surtout le dernier en 2D à l'avoir franchit à ce jour.

2009
Avatar écrase tout sur son passage, Titanic et les 2 milliards, le film finit à 2.8 milliard $ et est assuré de rester tranquille pendant encore quelques années.

2010
Pour la première fois, deux films dépassent la même année la barre du milliard (Alice in Wonderland et Toy Story 3).

2011
Nouvelle performance, trois films dépassent le milliard la même année (Harry Potter 8, Transformers 3 et Pirates des Caraïbes 4).

2012
Avengers s'installe à la troisième marche du podium avec près de 1.5 milliard $ de recette.


Résumé
900 millions $ : 1993
1 milliard $ : 1997 (4 ans plus tard)
2 milliard $ : 2009 (12 ans plus tard).

Avant Avatar, on dénombre ainsi 4 films ayant dépassés le milliard en 12 ans, après Avatar 6 films l'ont dépassés en 3 ans seulement. Sur les douze films ayant franchit le milliard (en comptant la ressortie 3D de La menace fantôme), 8 sont en 3D.

Quel avenir ? Les 3 milliard $ avant 2020 je pense (pour un film en 3D évidemment). Et The dark knight rises qui va certainement être le dernier film en 2D à avoir franchit le milliard.
Revenir en haut Aller en bas
JKKS
Utilisateur
Utilisateur
JKKS

Messages : 5444
Date d'inscription : 11/12/2009
Localisation : Malibu

Les grandes dates du box-office Empty
MessageSujet: Re: Les grandes dates du box-office   Les grandes dates du box-office Icon_minitimeMar 28 Aoû - 16:07

Concernant les week-ends d'ouverture au BO nord américain:

On constatera que tant Batman 89 que Indiana Jones & The Temple of Doom ont très peu de leur performance domestique qui repose sur leur premier week-end (respectivement 14,16% et 16,1% à comparer avec les 33.6% d'un The Avengers ou les 29,7% d'un TDK). Pour illustrer ça, en tenant compte de l'inflation un Batman 89 ferait 81 millions pour son premier week-end pour un total final 504,9 comparé aux 617 millions de The Avengers mais qui a bénéficié d'un premier week-end à 207 millions.

On notera que la plupart des performances et des records battus ces dernières années ne le sont vraiment qu'à la marge au nombre de spectateurs mais paraissent plus impressionnants grâce à l'augmentation de la valeur du ticket payé (et encore davantage depuis la 3D et ses suppléments). On remarquera qu'un Spider-Man sortis en 2002 a réuni 19,75 millions de spectateurs sur ses 3 premiers jours à mettre en perspective par rapport aux 25,55 millions d'un Avengers alors que les recettes brutes comparées vont quasi du simple au double). La différence est encore plus réduite avec les 22,06 millions des spectateurs (-3.5 millions) d'un The Dark Knight qui se traduisent pourtant en quasi 50 millions de recettes supplémentaires au bénéfice de The Avengers.

Finalement si on raisonne en terme de tickets vendus sur ces dix dernières années alors même que le parc ciné nord américain a connu une croissance graduelle (offrant davantage d'opportunités aux consommateurs), on constate que Pirates des Caraïbes 2 ne bat le record établi par Spider-Man que d'un petit million de spectateurs, que Spider-Man 3 reprend ce record avec 1,2 millions de plus que Pirates des Caraïbes 2, que The Dark Knight ne surpasse Spider-Man 3 que de 98 000 places, que Harry Potter 7-2 ne surpasse dans les faits (en nombre de spectateurs) ni The Dark Knight, ni Spider-Man 3 alors même qu'il était tenant du record en recettes brutes avant les 207 millions de The Avengers qui pour impressionnants qu'ils soient et bien qu'il s'agisse du plus important écart creusé par un film tenant du record du premier week-end sur son prédécesseur depuis 10 ans ne représentent "qu'un" écart estimé de 3,5 millions de spectateurs avec The Dark Knight (certainement moins d'ailleurs voir NB).

NB: Toutes les estimations du nombre de tickets vendus sont effectués à partir du prix moyen enregistré l'année durant laquelle les films ont été exploités mais ne tiennent pas compte (du fait du nivellement que crée cette moyenne) de l'avantage dont disposent les films exploités en 3D dont le ticket affiche un prix moyen plus élevé que le prix moyen du ticket utilisé ici et qui est calculé 2D/3D confondus. A vue de nez pour obtenir des comparaisons encore plus fidèles il faudrait retirer environ 7 à 10% aux estimations effectuées pour les films massivement exploités en 3D. Ainsi le total de The Avengers pour les 3 premiers jours de son exploitation est sûrement plus proche de 23 millions que de 25.

Concernant les fins de carrière au BO nord-américain:

Pour répondre à ta question Jack je pense et depuis un petit moment que les ressorties devraient faire l'objet d'un classement à part, en particulier quand elles s'étalent sur 30 ans ou plus (comme cela devrait être le cas pour les Star Wars par exemple) et parce que ce n'est plus l'usage. D'ailleurs en jetant un oeil au classement des recettes domestiques ajustées de BoM on constate que 6 des films de leur top 10 et 14 (!!!) des films du top 20 ont fait l'objet de ressorties plus ou moins nombreuses et plus ou moins étalées dans le temps.

D'autre part et si évidement la comparaison est pas inintéressante en soi, je crois que comparer les sorties actuelles avec les films sorties avant 2000 n'a pas/plus beaucoup de sens. Alors bien évidement la place de cinéma plus chère ainsi que l'avènement de la 3D permettent encore à de nombreux records d'être battus mais si l'on s'en tient aux chiffres bruts le tenant de la première place reste Gone With The Wind et ces 1,6 milliards en amérique du nord seulement. Mais il s'agit d'une ère où le cinéma n'avait rien à voir avec ce qu'il est aujourd'hui avec la télévision, les supports Home Video, la bonne vingtaine de sorties hebdomadaires, Netflix, la VOD et le téléchargement en ligne. Et d'ailleurs si l'on s'en tient aux recettes ajustées, le top 10 ne comporte qu'un film sorti après 1985, Titanic bien sûr. Avatar n'y est que 14èm et The Avengers 27èm derrière Grease ce qui permet malgré tout d'établir une comparaison, pas forcément futile, entre ce que nous considérons comme des films phénomènes à l'heure actuelle (avec une population plus grande) et ce qu'ils étaient dans une époque un peu plus lointaine (et à population/parc ciné plus réduit).

Concernant les recettes mondiales pour finir:

Les 3 milliards sont à portée de main avec la croissance exponentielle des marchés émergents, +30% par an en Chine, l'Inde est un peu en dessous mais a connu depuis dix ans grosso modo une explosion de son parcs de multiplexes, l'Amérique du Sud est en train d'exploser avec un taux de croissance proche, et l'Europe qui se tient plutôt très bien et qui est tirée par le marché Russe. Pour prendre la franchise Batman en exemple, on passe d'un premier film sorti en 89 qui a fait 61% du total de ses recettes en Amérique du Nord à un The Dark Knight Rises sorti en 2012 qui devrait fait 60% de son total mondial à l'étranger. A mon sens on sera à très court terme (et sous réserve des volontés d'ouverture de l'administration chinoise) avec un marché chinois qui devrait représenter sur un certain nombre de films à l'année la moitié ou peu s'en faut de ce qu'un blockbuster réalise aux Etats-Unis. On était dans le cas d'Avatar à déjà pas loin du tiers pour info.

Reste que pour diverses raisons techniques, dépendantes des pays, de la fluctuation de leur monnaie, de leur degré d'imposition, les studios ne feront toujours pas leur beurre à l'étranger. A l'heure actuelle si ils récupèrent grosso modo 55% des recettes générées au BO domestique, ils se contentent en moyenne de 15% à l'international après dépenses voir encore moins sur certains marchés (comme la Chine). D'où la nécessité pour eux de maintenir un BO domestique fort, en particulier sur leurs franchises les plus lucratives (ce qui a été récemment problématique pour la Fox et Columbia avec First Class et The Amazing Spider-Man respectivement). Et notamment parce que la marché Home Video n'est plus aussi fringuant qu'il l'était dans les années 2000 et peine à rattraper des flops au BO.

Pour ce qui est des films en 2D spécifiquement, il y a peut-être encore une fenêtre avec la suite de Hunger Games qui si elle parvient à susciter le même enthousiasme que le premier volet devrait avoir une chance de passer cette marque (et sous réserve que Lionsgate se tienne à sa décision de continuer au format 2D).
Maintenant 2 des 3 plus gros films de 2012 jusque là (en BO domestique) sont des films en 2D peut-être que cela va aussi faire réfléchir les studios quant à l'opportunité de sortir tous leur blockbusters en 3D, au moins de continuer à leur assurer une distribution décente au format 2D. Et puis qui sait si le prochain Nolan parvient à accrocher le public à la suite d'Inception et de TDKR, avec le développement du parc IMax, on tient peut être aussi le prochain film en 2D milliardaire.


Dernière édition par JKKS le Mar 28 Aoû - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://j-k-k-s.deviantart.com/
jack-shepard
Utilisateur
Utilisateur
jack-shepard

Messages : 3723
Date d'inscription : 28/06/2010

Les grandes dates du box-office Empty
MessageSujet: Re: Les grandes dates du box-office   Les grandes dates du box-office Icon_minitimeMar 28 Aoû - 16:57

Bon bah JKKS, tu as à peu près dit tout ce que je voulais dire après Wink oui les premiers posts étaient plus pour mettre en avant un état des lieux. Je voulais parler de l'inflation évidemment mais tu as parfaitement résumé le "problème".

Car les recettes en terme d'entrées restent évidemment difficiles à estimer sachant qu'on part d'un prix moyen du ticket (et la 3D accentue ce souci vu que son ticket coûte plus cher), si l'inflation est pertinente pour montrer qu'un classement diffère, on accorde souvent un marge d'erreur de 2 à 3 millions d'entrées (les Etats-Unis ont beau avoir 300 millions d'habitants, c'est rien mais c'est quand même ça).

Et puis si j'ai jamais rien à redire sur box-office mojo, je trouve leur site très clair et très détaillé, c'est dommage de ne pas mettre en avant ce phénomène à l'échelle mondiale, j'en comprendrais évidemment les grandes difficultés à faire quelque chose de ce genre mais je pense qu'à l'arrivée, ça en serait plus que pertinent et révélerait même quelques surprises.

Pour ce qui est des premiers week-end, j'allais aussi parler du pourcentage par rapport à la recette finale mais tu as parfaitement étayer le sujet, merci Wink et comme tu dis, les moyens d'aujourd'hui permettent vraiment de repousser les limites de ce qu'on imaginait, en particulier le parc d'exploitation qui peut désormais atteindre facilement plus de 4000 cinémas rien que pour un film. Mais disons que encore une fois, ça ne fait pas tout (même si en jetant un oeil aux meilleurs week-end d'ouverture, il faut descendre jusqu'à la treizième place pour voir le premier film avec moins de 4000 copies (Alice in wonderland).

Disons aussi qu'en 10 ans, plus particulièrement entre Spider-Man et Avengers, le temps a bien changé oui mais au final sur une période de 5 ans vu de chez moi (entre 2007 et 2012 pour être précis). Spidey a conservé son titre pendant 4 ans (et aujourd'hui je ne vois absolument pas Avengers le conserver pendant 4 ans) et comme tu le dis, Pirates 2 l'a battu mais de peu si on compte en entrées. Alors au fond je pense que nous sommes entrés dans une nouvelle ère.

Après j'aurais voulu parler aussi de l'affluence du marché, et plus particulièrement de cette fameuse année 2007 très représentative où Spidey 3, Shrek 3 et Pirates 3 se sont entre-tués en sortant tous dans le même mois. Mais j'y reviendrais plus tard. Et aussi de cette année 2004 où le podium était impressionnant, 3 films au-dessus des 370 millions $ de recette, une performance réédité seulement... cette année, donc 8 ans plus tard.

Je terminerais plus tard car je dois y aller, mais très intéressant ce que tu dis JKKS, il y a beaucoup de points que j'aimerais encore développer.

Toute façon, les records sont faits pour être battus Wink
Revenir en haut Aller en bas
JKKS
Utilisateur
Utilisateur
JKKS

Messages : 5444
Date d'inscription : 11/12/2009
Localisation : Malibu

Les grandes dates du box-office Empty
MessageSujet: Re: Les grandes dates du box-office   Les grandes dates du box-office Icon_minitimeMar 28 Aoû - 18:38

jack-shepard a écrit:

Et puis si j'ai jamais rien à redire sur box-office mojo, je trouve leur site très clair et très détaillé, c'est dommage de ne pas mettre en avant ce phénomène à l'échelle mondiale, j'en comprendrais évidemment les grandes difficultés à faire quelque chose de ce genre mais je pense qu'à l'arrivée, ça en serait plus que pertinent et révélerait même quelques surprises.

Le problème principal tient à la fluctuation du dollar par rapport aux monnaies locales, aux taux de changes directement négociés par les studios et à l'inflation qui fluctue d'un pays à l'autre. A main levée on pourrait utiliser le taux d'inflation nord americain (mais qui serait plutôt en fourchette basse étant donné le taux d'inflation annuel plus élevés sur les "nouveaux marché") mais si ça donne effectivement une meilleure idée que les données brutes de la façon dont un film fonctionne par rapport à un autre, les nombres obtenues seraient trop imprécis pour qu'un site comme BoM les recense. Ou alors cela nécessite de gérer une quantité de variables trop importantes (voir même indisponibles) pour que les calculs soient effectués.

jack-shepard a écrit:
Pour ce qui est des premiers week-end, j'allais aussi parler du pourcentage par rapport à la recette finale mais tu as parfaitement étayer le sujet, merci Wink et comme tu dis, les moyens d'aujourd'hui permettent vraiment de repousser les limites de ce qu'on imaginait, en particulier le parc d'exploitation qui peut désormais atteindre facilement plus de 4000 cinémas rien que pour un film. Mais disons que encore une fois, ça ne fait pas tout (même si en jetant un oeil aux meilleurs week-end d'ouverture, il faut descendre jusqu'à la treizième place pour voir le premier film avec moins de 4000 copies (Alice in wonderland).

4000 cinés (et cela équivaut à bien davantage de copies) est aujourd'hui la norme pour les gros films (TDKR avait 4404, The Avengers 4349 à comparer aux 3858 d'un Batman Begins et aux 3876 d'un Spider-Man). Le record reste détenu par Twilight 3 avec 4468 salles. Reste qu'à partir de 4000 salles dans le jargon on parle déjà de "super-saturation". Je pense qu'on est à 6/8 ans de releases dépassant les 5000 salles. Dans ce cadre, avec la généralisation de la 3D, aucun des records actuels ne tiendra.
Pour info, c'est la compétition avec Avatar et le parc 3D réduit à l'époque qui n'a pas permis à Alice in Wonderland d'ouvrir dans plus de cinéma. Clash of The Titans ouvre aussi dans moins de 4000 cinés un mois plus tard.

jack-shepard a écrit:
Disons aussi qu'en 10 ans, plus particulièrement entre Spider-Man et Avengers, le temps a bien changé oui mais au final sur une période de 5 ans vu de chez moi (entre 2007 et 2012 pour être précis). Spidey a conservé son titre pendant 4 ans (et aujourd'hui je ne vois absolument pas Avengers le conserver pendant 4 ans) et comme tu le dis, Pirates 2 l'a battu mais de peu si on compte en entrées. Alors au fond je pense que nous sommes entrés dans une nouvelle ère.

Quand tu dispose d'un procédé, la 3D permettant à audience égale (hors inflation) à un film d'enregistrer aux alentours de 15% de revenues supplémentaires alors oui effectivement on peut parler d'une nouvelle ère. Après le business en général est tout de même plus similaire sur la période 2002/2012 qu'il ne l'a été sur la période 1990/2000 avec l'explosion des budgets de production/distribution et des salaires, la croissance exponentielle des coûts marketing, l'avènements des "super-releases" (+ de 3000 cinémas avec Mission Impossible pour la première fois en 96).
Ceci dit vu les points que nous avons abordés je ne crois pas non plus qu'Avengers gardera son record plus de 4 ans (en tous cas plus que les derniers tenants ça me paraît une quasi certitude). Je suis plus circonspect en revanche (et même avec le bonus de la 3D) sur la capacité des sorties à venir à passer la barre des 600 millions de recettes finales que seuls trois films ont passé (Avatar, Titanic et Avengers). On peut à la rigueur étendre le raisonnement aux 500 millions (qui ne comptent que 4 film, ajouter TDK aux 3 déjà cités). Je crois que ce sont là les barrière les plus significatives quand on voit avec quelle facilités les releases 3D dépassent ajourd'hui le milliard mondial.

jack-shepard a écrit:
Après j'aurais voulu parler aussi de l'affluence du marché, et plus particulièrement de cette fameuse année 2007 très représentative où Spidey 3, Shrek 3 et Pirates 3 se sont entre-tués en sortant tous dans le même mois. Mais j'y reviendrais plus tard. Et aussi de cette année 2004 où le podium était impressionnant, 3 films au-dessus des 370 millions $ de recette, une performance réédité seulement... cette année, donc 8 ans plus tard.

Quand trois films s'entre-tuent et que celui qui reste sur le carreau a quand même un cumul mondial à quasi 800 millions (798 pour Shrek The Third) je pense qu'on peut appeler ça limiter les dégâts. Il faut tout de même voir que bien qu'étant attractif pour des cibles similaires les trois films n'ont pas pour cible exactement les même quadrants.
Et pour info ajusté à la louche Spider-Man 3 a des recettes grosso modo au niveau de celles projetées pour TDKR en 2012, ce qui en dépit de la contre perf' en box-office domestique (mais en fait le film ne faisait que confirmer le déclin de la franchise sur le marché nord américain, confirmée depuis par TASM) en fait plutôt de très bons chiffres.
Récemment tu as l'an dernier HP7-2 et Transformers 3 qui sortent à 2 semaines d'écart et terminent à plus de 1,1 milliard chacun tout en cumulant tout deux plus de 350 millions au BO domestique.
Quant à la comparaison avec 2004, on aura non seulement à mon avis 3 films au dessus de 400 millions (The Avengers, The Dark Knight Rises et Hunger Games) et peut-être même 4 films au dessus de 350 (sous réserve que The Hobbit démarre très fort et batte les 17 jours de The Dark Knight). Quoiqu'il en soit la performance ne restera pas historique puisque le trio de tête devrait faire une 60aine de millions de moins que les recettes ajustées cumulées des trois premiers films de 2004.

jack-shepard a écrit:
Toute façon, les records sont faits pour être battus Wink

D'autant plus quand ça auto-entretient la perf' d'un film. C'est du marketing à moindre coût. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://j-k-k-s.deviantart.com/
jack-shepard
Utilisateur
Utilisateur
jack-shepard

Messages : 3723
Date d'inscription : 28/06/2010

Les grandes dates du box-office Empty
MessageSujet: Re: Les grandes dates du box-office   Les grandes dates du box-office Icon_minitimeMar 28 Aoû - 23:54

De plus, si évidemment ce sont les recettes non adjusted qui sont tout le temps pris en compte, Mojo est efficace puisqu'on voit de plus en plus de classement adjusted justement (comme celui du week-end d'ouverture)

http://boxofficemojo.com/alltime/weekends/?adjust_yr=2012&p=.htm

Et en effet, la place de certains diffère, à l'arrivé The dark knight rises a pratiquement fait le même démarrage que Spider-Man. D'où pour moi l'importance de vraiment raisonner en termes d'entrées, en France on a gardé ce système et si évidemment le haut du classement ne change pas beaucoup, ses dernières années certains phénomènes nous ont vraiment montrés qu'il n'y a plus vraiment de notion d'intouchable au box-office, voir le succès de Bienvenue chez les Ch'tis et de Intouchables et dans une moindre mesure d'Avatar.

Au fait JKKS, peut-être connais-tu déjà ce site mais au cas où, je te conseille de visiter celui-là http://www.jpbox-office.com/ vraiment très très bien fait et très bien fournit.

Enfin pour revenir aux Etats-Unis, j'aurais également voulu parler de toutes les méthodes marketing et qui témoigne vraiment du changement d'époque. Comme tu l'as dit plus haut JKKS, quand on regarde les week-end d'ouverture des films avant, cela ne représentait qu'un pourcentage relativement minime de leur carrière finale, alors qu'aujourd'hui, il ne plus tellement rare de voir 40-50 % des recettes engrangés au premier week-end. Je pense en fait qu'aujourd'hui il y a une recherche du plus gros démarrage possible alors qu'avant, la longévité était de mise. Bien sûr il existe encore des films qui comptent sur une certaine régularité mais il n'empêche les studios cherchent à décrocher le pactole en moins de temps possible pour pouvoir aussi se rassurer (voir le démarrage d'Avengers qui rassure dès le début pour le remboursement du budget, même s'il avait fait - 50 % à son second week-end, le studio aurait été déjà satisfait).


Autre point, celui d'un nouveau genre qui s'est définitivement installé au box-office : le super-héros. Si Superman et Batman ont en effet été des gros succès en leur temps, je pense que l'affluence d'aujourd'hui on la doit au succès de Spider-Man, X-Men peut-être dans une moindre mesure car le 1 a bien marché mais pas de quoi changer le regard des studios. Et Batman Begins a je pense ensuite montrer que le genre super-héros pouvait s'inscrire dans un registre sérieux et sombre. Et maintenant quand on regarde le paysage des week-end d'ouverture, 11 films de super-héros ont minimum dépassés les 85 millions $ alors qu'il n'y avait encore qu'un seul il y a 10 ans. Et quand on regarde le partage entre domestique et inter dans leur carrière, on croyait les super-héros beaucoup plus appréciés aux Etats-Unis avant, mais maintenant comme tu dis avec l'émergence de nouveaux marchés et surtout l'offre du genre, les super-héros en arriverait à se débrouiller (voir The amazing spider-man qui vient tout juste de passer les 700 millions $ de recette alors qu'il est loin derrière les autres scores de la saga sur le sol US).

Tout ça pour dire que le paysage risque de ne pas trop changer, car avec Avengers et ses suites évidentes, nul doute qu'ils risquent fort de monopoliser les grosses recettes sur leurs débuts, même si encore une fois un classement adjusted à côté serait grandement utile.

Mais il n'y a pas qu'eux, comme tu le dis The hunger games a gros un potentiel à venir, The Hobbit en trilogie va à mon avis cartonner et surtout le grand "inconnu" pour moi, du moi je ne sais pas comment il va se comporter, c'est Avatar 2.

Et je me rend compte qu'un dernier point émerge, le box-office ne joue plus maintenant sur la tête d'un acteur "bankable" en affiche (même si Johnny Depp = Pirates des caraïbes), aujourd'hui je pense qu'on peut parler de franchises "bankables".
Revenir en haut Aller en bas
JKKS
Utilisateur
Utilisateur
JKKS

Messages : 5444
Date d'inscription : 11/12/2009
Localisation : Malibu

Les grandes dates du box-office Empty
MessageSujet: Re: Les grandes dates du box-office   Les grandes dates du box-office Icon_minitimeMer 29 Aoû - 0:52

jack-shepard a écrit:
Et en effet, la place de certains diffère, à l'arrivé The dark knight rises a pratiquement fait le même démarrage que Spider-Man. D'où pour moi l'importance de vraiment raisonner en termes d'entrées, en France on a gardé ce système et si évidemment le haut du classement ne change pas beaucoup, ses dernières années certains phénomènes nous ont vraiment montrés qu'il n'y a plus vraiment de notion d'intouchable au box-office, voir le succès de Bienvenue chez les Ch'tis et de Intouchables et dans une moindre mesure d'Avatar.

Exactement. Je suis assez simple en la matière, en ce qui me concerne (et cela tient toujours pour des films se situant dans une temporalité similaire par contre) un plus gros succès ça veut dire plus de spectateurs. Pas un prix moyen du ticket plus élevé. Alors c'est effectivement peut-être une déformation liée à la façon dont le BO est calculé en France mais si tu veux à titre d'exemple j'ai du mal à accepter qu'on qualifie The Amazing Spider-Man de reboot ayant le plus de succès en Amérique du Nord alors qu'il a vendu moins de ticket que Batman Begins ou que Star Trek. Alors je comprends après que ce soit plus attractif pour les studios de présenter des records de recettes (rapport à ce que je disais sur les succès qui s'auto-entretiennent) ou même pour les fans de voir LEUR franchise battre un record (même si c'est le record du meilleur mardi pour un mois de mai) sans même parler des sites sur le BO (je pense à BoM, à Deadline, à BOGuru, The Numbers) qui doivent bien trouver des choses à rapporter en gros titres. Reste que ça me parle moyen.

jack-shepard a écrit:
Au fait JKKS, peut-être connais-tu déjà ce site mais au cas où, je te conseille de visiter celui-là http://www.jpbox-office.com/ vraiment très très bien fait et très bien fournit.

Je ne connaissais pas mais je vais jeter un oeil. Thanks Wink

jack-shepard a écrit:
Enfin pour revenir aux Etats-Unis, j'aurais également voulu parler de toutes les méthodes marketing et qui témoigne vraiment du changement d'époque. Comme tu l'as dit plus haut JKKS, quand on regarde les week-end d'ouverture des films avant, cela ne représentait qu'un pourcentage relativement minime de leur carrière finale, alors qu'aujourd'hui, il ne plus tellement rare de voir 40-50 % des recettes engrangés au premier week-end. Je pense en fait qu'aujourd'hui il y a une recherche du plus gros démarrage possible alors qu'avant, la longévité était de mise. Bien sûr il existe encore des films qui comptent sur une certaine régularité mais il n'empêche les studios cherchent à décrocher le pactole en moins de temps possible pour pouvoir aussi se rassurer (voir le démarrage d'Avengers qui rassure dès le début pour le remboursement du budget, même s'il avait fait - 50 % à son second week-end, le studio aurait été déjà satisfait).

Ca tient à deux choses, en premier lieu au plus grand pourcentage de recettes perçus par les studios sur le premiers week-end (qui peut aller jusqu'à 90% et qui chute graduellement durant l'exploitation du film pour atteindre la moyenne de 55% évoquée plus haut), et à l'augmentation du nombre de sorties. Quand un film a deux mois pour performer, peu importe à la limite ce qu'il engrange sur son premiers week-end, mais quand de la compétition se profile à 15 jours c'est une autre paire de manche.

Concernant le marketing et bien s'il faut comparer entre 1989 et aujourd'hui, entre le premier Batman de Burton, qui a préfiguré par bien des aspects le marketing ciné moderne (jusqu'à la répartition de ses revenues puisque c'est le premier film dont les revenues de l'exploitation ciné correspondent à moins de 30% des revenues totaux générés) et The Dark Knight Rises, et bien le rapport est de 1 à 10. Batman 89 a coûté 15 millions en promotion en Amérique du Nord (record à l'époque), The Dark Knight Rises a une campagne estimée à 150 millions de dollars. Et bien que les studios ne communiquent que peu là dessus, on estime qu'ils dépensent pour la promotion mondiale d'un blockbuster autant que pour sa production voir davantage dans le cadre de films particulièrement high-profile. On note aussi que la proportion du budget marketing domestique par rapport au budget de production a considérablement augmenté, en gardant les exemples au dessus, 43% en 1989 (pourcentage inhabituel pour l'époque par ailleurs) contre 60% aujourd'hui (avec une moyenne à 50% à vue de nez).

Par ailleurs on pourra noter que les deux tops du BO wordwide non ajusté (Titanic et Avatar avec respectivement un premier week-end compatant pour 4,8% et 10,3% de leurs recettes domestiques finales) n'ont pas nécessairement appuyé leur performance sur un premier week-end stratosphérique mais ont plutôt performé sur la longueur. Même si ils font figure d'exception.

jack-shepard a écrit:
Autre point, celui d'un nouveau genre qui s'est définitivement installé au box-office : le super-héros. Si Superman et Batman ont en effet été des gros succès en leur temps, je pense que l'affluence d'aujourd'hui on la doit au succès de Spider-Man, X-Men peut-être dans une moindre mesure car le 1 a bien marché mais pas de quoi changer le regard des studios. Et Batman Begins a je pense ensuite montrer que le genre super-héros pouvait s'inscrire dans un registre sérieux et sombre. Et maintenant quand on regarde le paysage des week-end d'ouverture, 11 films de super-héros ont minimum dépassés les 85 millions $ alors qu'il n'y avait encore qu'un seul il y a 10 ans. Et quand on regarde le partage entre domestique et inter dans leur carrière, on croyait les super-héros beaucoup plus appréciés aux Etats-Unis avant, mais maintenant comme tu dis avec l'émergence de nouveaux marchés et surtout l'offre du genre, les super-héros en arriverait à se débrouiller (voir The amazing spider-man qui vient tout juste de passer les 700 millions $ de recette alors qu'il est loin derrière les autres scores de la saga sur le sol US).

Ce n'est pas valable pour tous les personnages, certains, comme Spider-Man ont toujours été plus populaire à l'international, d'autres y connaissent une croissance récente (X-Men, Batman). Ce qui est certain que la progression, même sensible des recettes du genre à l'inter ne fait que l'ancrer davantage. Après cela reste en proportion très en dessous de recettes sur le sol US mais il y a un progrès sensible et il y a fort à parier que plus les marchés se développeront, plus les studios marketeront leur franchise hors US (aujourd'hui ils dépensent quasi autant pour promouvoir un film aux US que pour tout le reste du monde, même si là aussi les budgets ont tendance à s'équilibrer davntage). Après en général, le genre à une croissance régulière depuis le début des années 2000, avec 2012 qui sera son sommet absolu (en recettes brutes comme en nombre de spectateurs) avec seulement trois film. Il me semble qu'on est encore loin de la saturation, d'autant que le grand public semble seulement prendre conscience de la diversité que le genre a à offrir (en espérant maintenant que les studios diversifient leur offre justement).

jack-shepard a écrit:

Tout ça pour dire que le paysage risque de ne pas trop changer, car avec Avengers et ses suites évidentes, nul doute qu'ils risquent fort de monopoliser les grosses recettes sur leurs débuts, même si encore une fois un classement adjusted à côté serait grandement utile.

Je ne fais pas partie de ceux qui pensent que la suite de Avengers aura nécessairement toute latitude pour battre son prédécesseur. Je salut bien sûr le succès du film mais il faut reconnaître que comme TDK en son temps il a bénéficié d'une "perfect storm" (super critiques, concurrence réduite voir absente, bon background). Quelques grains de sables dans la machines bien huilée de Marvel (supposons que certains films de la phase 2 soient mal reçus, sous performent) et cela se répercutera immédiatement sur les recettes de The Avengers 2 (comme la bonne réception du build-up de Avengers a aidé son BO).

jack-shepard a écrit:
Mais il n'y a pas qu'eux, comme tu le dis The hunger games a gros un potentiel à venir, The Hobbit en trilogie va à mon avis cartonner et surtout le grand "inconnu" pour moi, du moi je ne sais pas comment il va se comporter, c'est Avatar 2.

The Hunger Games a un gros potentiel si la qualité se maintient (et on est pas à l'abris) mais pour le démarrage d'une franchise un résultat assez dingue en amérique du nord. Avatar 2 je crains que le premier volet passé le ciné, la 3D ne soit pas tant que ça resté chez les gens (même si il a ses fans dont moi), je doute encore davantage de la capacité de Cameron à livrer une suite satisfaisante en terme d'histoire et même si je souhaite être détrompé dans l'absolu, je ne crois pas que la foudre frappera deux fois au même endroit (encore que le développement du marché à l'inter et l'inflation du prix du ticket masquera au moins en partie une nouvelle chute de l'audience).

jack-shepard a écrit:
Et je me rend compte qu'un dernier point émerge, le box-office ne joue plus maintenant sur la tête d'un acteur "bankable" en affiche (même si Johnny Depp = Pirates des caraïbes), aujourd'hui je pense qu'on peut parler de franchises "bankables".

Je ne sais pas si on ne peut pas aussi rajouter un RDJ au moment de The Avengers par exemple. Après oui il est certain qu'une franchise rémunère plus qu'un acteur même si le payoff arrive rarement au premier épisode (et on peut se dire que la plupart des films franchisés du top ten ont aussi eu le temps d'installer leurs acteurs comme "bankables").
Revenir en haut Aller en bas
http://j-k-k-s.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




Les grandes dates du box-office Empty
MessageSujet: Re: Les grandes dates du box-office   Les grandes dates du box-office Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les grandes dates du box-office
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un point sur les grandes dates
» Mémo: Les Grandes Périodes de l'Histoire et Temps historiques
» Orgueil et Préjugés : petites (ou grandes) phrases préférées
» Café en grains dans les grandes surfaces, supermarchés, etc.
» Tournée 2010 [recap dates]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les performances du cinéma :: Box office-
Sauter vers: